17 mars 2011

Histoire

Histoire des centres sociaux

Nés en Angleterre à la fin du 19e siècle, les centres sociaux se multiplient en France à l’aube du 20e siècle. Ils sont issus des “œuvres sociales” qui considéraient que les habitants ouvriers devaient s’organiser localement pour prendre leur vie en main.

En 1922, à l’occasion d’un Congrès international, la Fédération des Centres sociaux et socioculturels de France (FCSF) est créée, à l’initiative de Marie-Jeanne Bassot.

Leur développement s’amplifie après 1945 grâce à l’investissement de l’État. Leur expérience, leur implantation au cœur des espaces de vie quotidienne, leur gestion locale et leur pratique de réseau en font des acteurs reconnus de la décentralisation. En 1947 naît la première fédération départementale (Loiret), puis en 1967 a lieu le premier Congrès national, rassemblant des représentants de 120 centres sociaux. En 1971, la Caisse nationale d’allocations familiales (CNAF) décide d’étendre sa prestation de services aux centres sociaux, décision confirmée par la circulaire de 1984, qui fixe les conditions de l’agrément des centres par les Caisses d’allocations familiales (CAF) locales. De son côté, le FCSF crée le SNAECSO (syndicat employeur), qui marque le début de la professionnalisation des acteurs des centres sociaux.

En 2000, la FCSF adopte une Charte des centres sociaux et socioculturels fédérés qui réfère leur action et leur expression publique à 3 valeurs fondatrices : la dignité humaine, la solidarité et la démocratie.

Le réseau des centres sociaux est organisé en fédérations locales (départementales ou régionales) qui animent et développent les projets. Ainsi les centres sociaux, leurs fédérations locales et la FCSF constituent un ensemble qui fonctionne de manière horizontale selon le principe de subsidiarité.

Télécharger la Charte des centres sociaux et socioculturels de France (2000)

Les centres sociaux à Paris

Soucieux de favoriser l'échange entre eux, de prendre collectivement en compte leurs particularismes locaux et la diversité de leurs origines et de leurs acteurs, les centres sociaux parisiens créent en 1992 une fédération départementale.

En 1992, Paris comptait 22 centres sociaux, en 2011 ils sont au nombre de 33. 27 sont associatifs, et 6 sont gérés par la Caisse d'allocations familiales.

En juin 2000, une première charte départementale a été signée par le Président de la Fédération des centres sociaux et par le Maire de Paris.  Dès octobre 2001, le Conseil de Paris a adopté un «Plan de renforcement du dispositif parisien en direction des jeunes en difficulté et de leurs familles». Il a permis de faire bénéficier chaque centre social associatif d’un soutien renforcé du Département dans le cadre de l'«animation globale enfance / familles» et de l'«animation, prévention précoce».

Un comité de pilotage – réunissant l’administration parisienne (DASES, DPVI, DFPE), la CAF de Paris et la Fédération des centres sociaux – s’est mis en place pour harmoniser les pratiques et mener une action concertée.

Le Plan de renforcement d’octobre 2001 prévoyait également la création de nouveaux centres au bénéfice de quartiers en difficulté. Huit nouveaux centres ont ainsi été créés depuis 2001, dans le cadre d’une démarche partenariale spécifique réunissant les instances départementales et municipales (élus et administrations), les élus d’arrondissement, la CAF, la Fédération, les bailleurs sociaux. Trois autres projets sont encore en cours d’émergence.

En mars 2005, le Département de Paris a renouvelé les conventions le liant aux associations agréées, en précisant les missions qu’il leur confie et les engagements qui en découlent ce qui a abouti à l'élaboration d'une nouvelle charte départementale des centres sociaux associatifs parisiens, intégrant la dynamique mise en œuvre depuis 2001.

Télécharger la charte départementale des centres sociaux parisiens (2005)

 

D'après FCSF, texte publié sous licence Creative commons CC-BY-SA

Aller à la barre d’outils