Français Langue d’Intégration : demande de concertation et soutien des universitaires

La Fédération des Centres sociaux et socioculturels de Paris aux côtés de plusieurs Fédérations d'Ile-de-France et nombre d'associations telles que Réseau Chrétiens Immigrés, la Délégation du Secours Catholique de Paris, Germaé, RADyA se mobilise et interpelle les pouvoirs publics, en rédigeant une demande de concertation au sujet du FLI. Outre l'opposition au dispositif Français Langue d'Intégration, cette lettre a pour but la demande de mise en œuvre d'une concertation et la proposition de création d'une Charte soutenant et reconnaissant l'action et le rôle des associations dans la formation linguistique en direction des personnes migrantes.
Parallèlement à cette mobilisation, le milieu universitaire a souhaité s'associer à cette demande et manifester sa solidarité auprès du réseau associatif en rédigeant une lettre de soutien signée de nombreux universitaires soucieux des conséquences de la mise en place du label FLI®.

 

M. Manuel VALLS, Ministre de l'intérieur

M. Michel SAPIN, Ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social

M. François LAMY, Ministre délégué auprès de la ministre de l'égalité des territoires et du logement, chargé de la ville

Mme Aurélie FILIPPETTI, Ministre de la culture et de la Communication

Mme Geneviève FIORASO, Ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche

À Paris, le 8 novembre 201

Objet : Formation des migrants par les associations de proximité ; demande de concertation

Madame la Ministre,

Monsieur le Ministre,

Depuis de nombreuses décennies, les structures de proximité (associations de quartier, centres sociaux….) portent des valeurs de solidarité et de partage et contribuent au développement des quartiers en s'appuyant sur un principe fondateur : l'initiative et la participation des habitants à leur destinée commune. Plusieurs milliers de migrants rejoignent ainsi chaque année nos associations et y trouvent les moyens de prendre part à une société qui peut être tour à tour accueillante ou indifférente. Nos structures de proximité les ont toujours accompagnés, notamment par des formations linguistiques (ateliers sociolinguistiques, préparation au D.I.L.F., D.E.L.F., apprentissage du français dans le cadre de formations pré-qualifiantes ou de parcours vers l'emploi… ) en leur permettant d'être autonomes dans leur vie quotidienne, de participer à la vie de la cité, de partager leur histoire et leur culture, de s'ouvrir à la société d'accueil et d'y prendre place. Lire la suite.

Lire la lettre des universitaires.

Lire la lettre de la Fédération Départementale des Centres Sociaux de la Charente Maritime

 

 

 

Aller au contenu principal