Le Pari’s des Faubourgs continue

Le centre social Le Pari’s des Faubourgs continue à travers différents outils à entretenir les liens avec le quartier. Ils témoignent ici de leur réadaptation durant le confinement

Sur le lien via les réseaux sociaux

Une activité importante est développée sur la page facebook qui continue d’être régulièrement actualisée, soit avec des tutos soit avec des infos de toutes sortes. Depuis lundi, une chaine Youtube reprend les principales vidéos confectionnées par salariés, bénévoles et adhérentes pour celles et ceux qui n’ont pas de compte Facebook.

Le compte instagram permet de parler notamment aux jeunes mais assez peu de retour. Questionnement autour d’un compte snapchat en cours mais nous n’avons pas vraiment les moyens humains pour faire vivre tous ces médias.

 

Sur l’aide aux devoirs :  

A ce jour nous avons mis en place un suivi individualisé du travail scolaire pour 29 jeunes :

–              11 enfants scolarisés en primaire, principalement dans l’école Chabrol, dont 2 qui n’étaient pas inscrits à l’accompagnement scolaire mais sur demande de l’enseignante qui était inquiète.

–              11 Collégiens scolarisés dans 8 établissements différents, dont 2 qui ne sont pas régulièrement inscrits au CLAS chez nous mais dont les parents ont sollicité notre aide lors d’un appel téléphonique.

–              7 Lycéens, scolarisés dans des établissements différents, dont 2 qui ne sont pas régulièrement inscrits au CLAS chez nous mais dont les parents ont sollicité notre aide lors d’un appel téléphonique.

 

Il y a 24 bénévoles mobilisés pour les appeler régulièrement, généralement par fratries. 14 étaient déjà bénévoles CLAS chez nous, 10 se sont mobilisés spécialement compte tenu des circonstances (soit des anciens bénévoles, des bénévoles sur d’autres activités, ou des habitants qui se sont proposés spontanément).  Nous avons mêmes quelques bénévoles « en réserve » pour mettre en place de nouveaux suivis si des familles le demande à la rentrée. A noter aussi, au moins 3 habitants qui, sans suivre la scolarité des jeunes, acceptent d’imprimer les devoirs chez eux et de les déposer dans les boites aux lettres de leurs voisins qui n’en n’ont pas.

 

L’organisation du temps du travail scolaire reste compliquée pour beaucoup de familles, les conditions d’apprentissage ne sont pas réunies et on craint que les inégalités ne se creusent davantage.  Pour un certain nombre le matériel nécessaire n’est pas disponible (nous avons fait une demande d’équipement à la mairie du 10e pour 4 familles), sans compter tous ceux qui n’osent pas demander de l’aide. Face à l’urgence nous avons-nous-mêmes fourni du matériel informatique et didactique (feuilles, crayons, etc.) à 3 familles du quartier.

 

 

Sur l’apprentissage du français

– Création de 4 groupes whatsapp :

-groupe Alphabétisation (11 + 1 salariée) : conversation, et envoi d’exercices

-groupe Alphabétisation (8+1 bénévole) : conversation

-groupe FLE A1 (matin,15 + 3 bénévoles) : conversation, et envoi d’exercices chaque mardi et jeudi, correction individuelle. Temps téléphonique individuel proposé sur rdv.

-groupe FLE A1 (soir, 10 + 3 bénévoles) : conversation, et envoi d’exercices chaque lundi et mercredi, correction individuelle

               

Deux bénévoles se chargent d’appeler les 5 personnes isolées et/ou ne disposant d’un équipement numérique (ordinateur, smartphone, ou tablette, plusieurs fois par semaine.

 

Les personnes débutantes à l’oral sont les moins désireuses à “poursuivre” l’apprentissage du français à distance pour plusieurs raisons :  le moyen téléphonique n’est pas pratique, l’écoute et l’expression orale demandent plus d’efforts et plus d’attention. Y compris avec les applications (Happy FLE, Cavilam, J’apprends) qui demandent une prise en main et une explication de son cheminement, la présence de leur entourage qui ne permet pas de se concentrer pleinement (enfants notamment), cette opportunité n’est pas une priorité dans le contexte actuel. Pour autant, ces personnes ne sont pas contre un appel de la part des bénévoles qu’ils côtoient en ASL.  Au total, 5 bénévoles se chargent d’appeler 15 personnes parlant très peu le français, une à deux fois par semaine.

 

Pour ceux qui se préparaient au DELF, une stagiaire continue de leur envoyer par whatsapp ou par mail des exercices adaptés à leur niveau. Elle se charge de les corriger et de faire le point avec eux. A l’heure actuelle, 7 des personnes intéressées pour le passage à l’examen sont assidues et rendent leurs travaux régulièrement.

 

 

Sur les autres projets qui sont maintenus malgré le confinement

– L’organisation d’une « quinzaine des classes sociales » au mois de juin se peaufine. Outre la conférence gesticulée d’Anthony Pouliquen nous souhaitons mettre en place des actions d’éducation populaire et des actions participatives pour réfléchir collectivement à cette question-là. Un lien avec l’épidémie et le confinement (qui affecte différemment les foyers, notamment selon leur classe sociale) sera réalisé.

– La réflexion autour des 20 ans du Pari’s des Faubourgs prévue initialement le 4 juillet est un peu paralysée. La question à ce jour étant plutôt « ne faudrait-il pas prioritairement faire l’Assemblée générale » et décaler la fête en septembre ? Les dernières informations de la mairie d’arrondissement concernant la fin des travaux des squares avoisinants est à prendre en compte dans cette réflexion.

– Le travail sur le renouvellement du projet social 2020-2024 se réalise pour l’instant selon deux axes : une réflexion par petits groupes administrateurs/salariés sur 4 thématiques (la jeunesse, les famille, l’accueil et le lien au quartier, les adultes et les seniors) ; un travail avec la dessinatrice Savine Pied pour illustrer les premières étapes de la démarche réalisées avant le confinement sous forme de BD.

– Bilan des conventions partenariales avec les associations qui occupent nos locaux.

 

Actions collectives

 

  • Un « apéro-bénévole » a été organisé par la référente linguistique la première semaine des vacances scolaires pour permettre aux bénévoles de se retrouver comme nous le faisons régulièrement et d’échanger sur la situation particulière que nous vivons.

 

  • Une rencontre des ados a été organisée le jeudi 16 par la coordinatrice pédagogique via « houseparty afin de répondre à un besoin de loisirs partagés entre ados, de prendre des nouvelles des uns des autres et de partager des idées d’activités à faire en famille. Les points qui ont été abordés : le confinement (avec l’animation « koi de neuf ? ») ; les outils informatiques et moyens de communications existants pour garder le lien ; les perturbations comportementales liées au manque d’heure de sommeil ; les loisirs à partager en live (ressources existantes et choix d’une activité pour le live du mercredi 22 avril)

 

  • Un atelier a été organisé vendredi 17 par visio avec l’association l’éléphant Ose sur le thème « découverte du métier de scénographe / décorateur » par la fabrication de maquettes avec des matériaux de récupération. 2 jeunes et leurs mamans y ont participé (sur les 4 inscrits). Ce temps a semblé très intéressant aux animatrices et aux jeunes.

 

 

Réflexions en cours

Afin de répondre aux besoins exprimés précédemment, nous réfléchissons actuellement à la mise en place (si cela est pertinent et si les conditions d’organisations sont réunies) de différentes actions :

 

– Atelier couture/masque

Reprise de l’atelier couture avant la ré-ouverture du 11 mai pour permettre la fabrication (et la distribution de masques). Nous allons nous rapprocher de celles et ceux qui organisent déjà cette activité (Les petits poètes, Quartier Partagé, Le journal de la porte St Martin, etc.) et vérifier le matériel disponible au centre (des bénévoles compétents se sont déjà portés volontaires).

 

– Espace enfants parents

Si l’expérimentation voulue par AIRES 10 est concluante et si la mairie nous l’autorise, reprise d’un temps d’accueil enfants-parents, sur rendez-vous, en individuel, selon un protocole de nettoyage très strictes et en respectant les gestes barrières pour permettre à des familles en sur-occupation dans leurs locaux de bénéficier d’un espace de repos et de détente.

 

– Distribution alimentaire

Si le besoin remonte davantage (une seule situation à ce jour), voir avec l’EDL pour imaginer une distribution alimentaire sur le Quartier des Portes.

Aller au contenu principal